Mayotte

carte-mayotteCapitale : Mamoudzou
Monnaie : Euro
Décalage horaire : 1h de plus en été, 2h en hiver
Langue officielle : Français
Villes principales : Dzaoudi-Labattoir, Koungou, Sada
Religion : La religion musulmane est omniprésente

Mayotte (appelée aussi Maore en shimaoré), officiellement département de Mayotte, est un département et une région d’outre-mer français de l’océan Indien situé dans l’hémisphère sud, entre l’équateur et le tropique du Capricorne, à l’entrée du Canal du Mozambique, à mi-chemin entre Madagascar et l’Afrique, Mayotte est à environ 1500 kms de La Réunion, 8 000 kms de la métropole.

Mayotte est constituée de deux îles principales, Grande-Terre et Petite-Terre, et de plusieurs autres petites îles, dont Mtsamboro, Mbouzi et Bandrélé, dans l’un des plus vastes lagons coralliens du monde (plus de 1 500 km2), délimité par une barrière de corail longue de plus de 160 kms. Son code départemental officiel est le « 976 ». Ses habitants sont appelés les Mahorais.

CLIMAT
Le climat de Mayotte est de type « tropical humide » (moyenne annuelle de 25,6 °C.) avec deux saisons :
• une saison chaude ou saison des pluies, de novembre à avril, pendant laquelle la mousson venant du nord arrose l’île. Les températures sont élevées (27 à 30°) et le taux d’humidité très important. 80 % des précipitations surviennent pendant cette période. C’est également la saison des cyclones et des dépressions tropicales, même si Mayotte est peu exposée au risque cyclonique.
• une saison sèche, de mai à octobre, pendant l’hiver austral. Les alizés venant du sud-est rafraîchissent l’atmosphère (20 à 25°), le taux d’humidité est moins important, et la pluie se raréfie.

CULTURE
La population mahoraise est issue d’un métissage entre les populations d’origine bantoue et les différentes vagues d’immigration, principalement malgache. Parmi les minorités présentes sur l’île, la communauté indienne occupe une place importante.

Plusieurs cultures se côtoient à Mayotte, mais la culture mahoraise qui concernait il y a quarante ans 60 % de la population s’est imposée progressivement sous une forme syncrétique à l’ensemble de la population locale. Il reste toutefois dans le sud de l’île des isolats d’une seconde culture malgache, toutefois fortement marquée par la culture mahoraise au point de n’être difficilement discernable qu’au regard avisé. Enfin la culture française comme d’une manière générale, la civilisation occidentale moderne imprègne de plus en plus la culture locale.

Le français est la langue officielle. Mais il n’est pas ou peu connu des personnes âgées originaires du monde traditionnel de l’île. Celles-ci, ainsi que la plupart des plus jeunes, maîtrisent une langue africaine bantoue, le shimaore, ou des dialectes du malgache, le kiantalaotsi ou le shibushi, parlers vernaculaires du sud ou de l’ouest de Mayotte. Le shimaore varie légèrement d’un village à l’autre sous l’influence d’autres dialectes des autres îles Comores. Le shimaore est de facto la lingua franca indigène pour un usage au quotidien.

La langue est un des piliers de la culture des Mahorais de souche. Parler français entre Mahorais de souche est considéré comme un manque de respect

RELIGION
De tradition sunnite, introduite par des populations arabo-persanes, profondément imprégnée à la culture swahilie des Comores, religion structurant une société teintée de croyances africaines et malgaches, l’islam est pratiqué par 95 % de la population mahoraise. Dès l’âge de six ans, les enfants fréquentent en parallèle l’école coranique et l’école primaire de la République. Ceci dit cette double fréquentation est en perte de vitesse du fait de l’influence croissante de la République française et des médias français.

danse PatrossiPOPULATION
En 2012, date du dernier recensement, la population était de 212 645 habitants, contre 185 000 habitants en 2007. Mayotte a une population très jeune : 70 % des habitants sont âgés de moins de 25 ans (en 2007).

HISTOIRE
Plusieurs civilisations sont à l’origine du peuplement de Mayotte. Le premier peuplement d’origine bantoue aurait eu lieu entre le Vème et le VIIIème siècle. Jusqu’au XIIIème siècle, le commerce se développe avec les autres îles du Canal du Mozambique, Madagascar et l’Afrique. Les invasions arabes se succèdent et apportent la culture swahilie et la religion musulmane.

Des sultanats rivaux se créent dans l’archipel des Comores. Les premiers Européens, Portugais et Français, débarquent à Mayotte vers le XVème siècle, et utilisent l’archipel comme point de ravitaillement sur la Route des Indes.

A la fin du XVIIIème siècle jusqu’au début du XIXème, Mayotte est le théâtre de troubles violents (razzias d’esclaves par les Malgaches, pillages, guerres de succession,…). La population est réduite à 3 000 personnes.

Le 25 avril 1841, le sultan ANDRIANTSOULI, d’origine malgache, cède l’île de Mayotte à la France, représentée par le Commandant PASSOT pour faire échapper l’île aux attaques venues de l’extérieur, notamment des Comores. Mayotte devient alors colonie française. L’esclavage y est aboli dès 1846. Sous le second empire, Mayotte se transforme en société de plantations, recourant à une main d’œuvre immigrée, les « travailleurs engagés ».

De 1886 à 1892, la France établit un protectorat sur les trois autres îles des Comores, l’archipel est alors placé sous l’autorité du gouverneur de Mayotte.

Après deux révoltes importantes (l’une en 1915 à la Grande Comore, l’autre en 1940 à Anjouan), l’archipel des Comores obtient le statut de Territoire d’Outre-Mer en 1946 la dotant d’une autonomie administrative, avec pour chef-lieu la ville de Dzaoudzi.

Le 18 avril 2008, le conseil général de Mayotte a voté à l’unanimité une résolution demandant que Mayotte soit soumise au statut de département et région d’Outre-Mer.

Le 31 mars 2011, après l’élection du Président du conseil général de l’assemblée renouvelée par moitié, le Département de Mayotte est devenu officiellement le cent-unième département de France et son cinquième département d’outre-mer.

mayotte

TOURISME
L’île de Mayotte possède des reliefs côtiers forts variés et offre cependant moins de plages de sable blond que ses voisines la Grande Comore, Mohéli, les Seychelles, l’île Maurice et Madagascar.

Avec son lagon parmi les plus beaux du monde, Mayotte est le paradis des plongeurs. Et il y en a pour tous les niveaux. Sur certaines plages, la barrière de corail est accessible en seulement quelques coups de palmes. L’idéal pour observer les poissons, les coraux et les tortues, en famille, à moindre coût. L’eau est transparente quel que soit l’endroit et toujours chaude.

Quelques lieux à visiter :
• Randonnée au volcan éteint le Dziani Dzaha de Petite-Terre et son lac Dziani
• Randonnée au mont Combani et au mont Choungui
• Randonnée de la maison du gouverneur
• Observation des lémuriens makis de l’îlot Bouzy
• Plongée parmi les poissons tropicaux dans la passe en S ou à Saziley
• Son lagon permet d’observer des tortues vertes et imbriquées (qui viennent pondre sur les plages désertes), des dauphins, des baleines.
• Baignade et visite aux plages isolées des îlots de sable blanc du nord et du sud
• Ecomusée de la vanille et de l’ylang-ylang

Le tourisme reste une activité peu développée dans l’île.

LIENS INTERNET
Conseil Général : www.cg976.fr
Comité de Tourisme : www.mayotte-tourisme.com

Compagnies aériennes
www.airmadagascar.com
www.kenya-airways.com
www.air-austral.com
www.corsairfly.com
www.xlairways.fr